Encore un rebondissement aux Galeries Lafayette Haussmann dans l’affaire du travail dominical !

Sur proposition du Syndicat commerce, les membres du CHSCT des Galeries Lafayette Haussmann ont désigné un expert le 15 juillet 2016 pour les assister dans l’analyse des impacts sur les conditions de travail, la santé et la sécurité des salariés du projet d’ouverture le dimanche.

Les membres du CHSCT se sont appuyés sur l’article L.4614-12 du Code du travail.

Le CHSCT des Galeries Lafayette Haussmann se questionne sur :

  • l’impact de ce projet sur l’organisation du temps de travail pour les volontaires comme les non volontaires,
  • l’impact de ce projet sur les charges de travail pour le personnel et plus particulièrement pour les managers,
  • l’impact les modifications des plannings de travail sur les différentes unités de travail impactées et sur les différents créneaux horaires en semaine,
  • Les effectifs envisagés par départements, secteurs,
  • la coordination et la coopération entre les équipes semaine et fin de semaine,
  • les incidences potentielles de ces nouveaux horaires sur l’équilibre familial et social, et d’une manière plus large sur les risques psychosociaux,
  • les incidences potentielles sur l’organisation des marques et des prestataires.

D’autres aspects sont également évoqués par le CHSCT : « une augmentation des contraintes pour les managers du fait d’une gestion de plusieurs étages à la fois entraînant une charge de travail supplémentaire, les aspects de gestion des approvisionnements et de réception de marchandises du fait d’une consommation des stocks ayant lieu le dimanche, des problématiques de temps de transport des salariés le week-end et de parking, des aspects de sécurisation des recettes et de sécurité du personnel. »

Rappelons que la direction espère ouvrir tous les dimanches dès la fin de l’année suite à la signature d’un accord le 20 mai 2016 entre la direction et deux organisations syndicales : la CFE-CGC et la CFTC.

Problème ! La mise en œuvre de cet accord est sujette à  très forte polémique. En effet, trois organisations syndicales – le SCID, la CGT et FO – ont fait valoir leur droit d’opposition.

Elles rassemblent à elles trois plus de 60% des voix aux élections professionnelles.

La direction estime quant à elle qu’un jugement du TI du 9 juin 2016 – qui portait sur un autre sujet que la représentativité du SCID – invalide de fait le droit d’opposition des 3 syndicats.

Du point de vue du SCID et des deux autres organisations syndicales contestataires, il s’agit d’une interprétation erronée du jugement par la direction. Le SCID, la CGT et FO estiment que les Galeries tentent un « passage en force »  et rappellent que l’audience sur la représentativité du SCID est prévue le 22 septembre 2016 au TGI de Paris.

Dans ce contexte, les organisations syndicales contestataires estiment que « toute ouverture le dimanche du magasin des Galeries Lafayette Haussmann s’appuyant sur l’accord frappé d’opposition serait illégale ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here