Cora est une enseigne belge d’hypermarchés appartenant au groupe Louis Delhaize.
Cora est présente en France, en Belgique, au Luxembourg et, sous la forme de franchises en Hongrie et en Roumanie.

Fin 2014, Cora a conclu une alliance d’achats avec Carrefour pour négocier plus durement les prix auprès des fabricants de marques nationales et internationales…

Le SCID est présent dans le Cora de Garges-lès-Gonesse et a déjà eu l’occasion de dénoncer les conditions de travail inhumaines que subissent les salariés de ce magasin.

Il y a environ un an, des salariés et des militants du SCID se mettaient en grève pour dénoncer les pressions et les mauvais traitements.

Lire nos articles précédents :
Aucun dialogue Social !
Social : la vision du dialogue

Depuis ce mouvement, une déléguée du personnel SCID subit sans relâche les foudres de la direction. Cette salariée est victime de harcèlement moral et de discrimination syndicale. Elle doit supporter des comportements et des propos inacceptables de la part de sa hiérarchie qui se permet même de faire des retenues sur son salaire !

CORALa direction a en effet décrété qu’elle ne paierait plus les heures de délégation dont bénéficie légalement notre élue en tant que déléguée du personnel.

Vous imaginez à quel point c’est douloureux de perdre plusieurs centaines d’euros sur votre salaire lorsque vous gagnez 1100 euros nets par mois. Les difficultés s’enchaînent très rapidement et se rajoutent d’un mois sur l’autre, votre vie devient un enfer.

Ce sont des moyens de pression indignes, inacceptables et d’un autre âge de la part d’un employeur sans scrupules qui se fout de ses salariés et de la loi.
Car c’est bien sûr totalement interdit !

Ce que dit la loi : un employeur DOIT payer les heures de délégation d’un représentant du personnel chaque mois. S’il veut les contester, il doit saisir les tribunaux qui trancheront.
Il ne peut pas décider – tout seul dans son coin – de ne pas payer : NUL NE PEUT SE FAIRE JUSTICE À SOI-MÊME !

Mais la direction de CORA n’a que faire de la loi. Elle n’a que faire de la santé de ses salariés!

Car la santé de notre déléguée du personnel, qui se bat courageusement pour ses convictions, est aujourd’hui très éprouvée.

Le Conseil des Prud’hommes a été saisi, mais la direction de Cora Garges-lès-Gonesse persiste et signe. Comme tous les autres, tout ce qui l’inquiète est de préserver son image de marque !

Ce qui choque la société CORA dans toute cette histoire, c’est ça (extrait) :


Cora


Mais nous, on ne cédera pas aux intimidations. Nous nous soucions avant tout de la santé des gens.

Le SCID va donc porter plainte au pénal pour :

  • représailles à l’exercice du droit de grève
  • discrimination syndicale
  • entrave à l’exercice des missions syndicales
  • sanctions pécuniaires interdites
  • harcèlement moral

La liste n’est pas exhaustive.

La discrimination syndicale est une réalité dans notre pays, elle touche évidemment les militants qui se battent avec leur cœur et leurs tripes pour faire respecter les droits et les libertés des salariés.

Nous mettrons tout en œuvre et ne lâcherons RIEN tant que justice ne sera pas faite au Cora de Garges-lès-Gonesse.

Le SCID : pour replacer l’humain au centre des décisions

1 commentaire

  1. C’est écœurant ces hypermarché de m…., il faudrait une loi qui permettrait dans l’immédiat d’obliger les employeurs voyous d’être pénalisé immédiatement afin que des militants ne puissent pas extraire du salaire. Il faudrait aussi qu’un employeur harceleleur soit condamné avec des peines de prisons immédiat. Ça les feraient réfléchir à deux fois avant de pratiquer la discrimination syndicale.
    Et il faudrait aussi que les collègues se lèvent et se mettent en grève illimitée pour toutes ces injustices……….. Mais La pour l’instant je fais un rêve d’un retour à la lutte……………

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here